La foi, c’est payer le prix qu’il faut pour le salut. Il est difficile d’accéder à de nouvelles dimensions de bénédictions et de manifestations de la puissance de Dieu, si on se satisfait de notre confort et si on ne considère pas devoir payer le prix qu’il faut.

Il y a ici un désintérêt de la cause de l’évangile et de l’église parce qu’au fond, on sait très bien qu’il faut sacrifier son temps, son argent, certaines relations et surtout certains désirs charnels. Est-ce parce que nous ne considérons pas à grande estime le fait de participer au royaume de Dieu ? La valeur qu’on donne à une chose n’est pas son prix mais bien ce qu’elle nous coûte réellement. Que vaut donc le salut à tes yeux ?

On ne gagne rien sans perdre

Rappellons-nous de ce jeune homme riche désirant suivre Jésus et avoir accès au salut. Jésus lui a donné une leçon qu’on peut très bien appliquer dans les affaires. “Tu veux gagner le ciel, c’est simple : sacrifie toutes tes richesses et suis-moi”. Effectivement, on ne gagne rien sans perdre.

C’est comme dans les affaires. Avant de toucher des bénéfices de son entreprise, il faut préalablement un jour avoir fait des investissements. Un investissement est une dépense. C’est une perte qui deviendra un gain s’il a été bien réalisé, en plus d’une bonne gestion de l’entreprise.

La bible dit que ce jeune homme est reparti tout triste car il faisait face à un dilemme. Sur la balance, il y’avait ses richesses d’un côté et de l’autre, le Ciel. Il a considéré à ce moment précis que le ciel ne valait pas peut-être de sacrifier autant de richesses.

Quel prix à payer pour le Ciel ?

La question à se poser intimement est de savoir quelle est la valeur que nous donnons au Salut. Si pour nous le Ciel ne mérite pas de perdre des choses terrestres, ça signifierait que quelque chose cloche dans notre cœur supposé être à Dieu.

Voyons ça d’un autre angle. Pour considérer à sa juste valeur le ciel, le royaume de Dieu, il nous faut “déconsidérer” les choses qui étaient pour nous des gloires. Paul, par exemple, dit avoir vu, à un moment de sa progression de foi, ce qu’il considérait autrefois comme un gain, comme de la boue. Pourquoi ? Parce qu’il voulait gagner Christ. Car pour lui, rien de ce monde n’a plus de valeur que Christ. Il n’y a rien ne pouvait être plus précieux, plus prestigieux et merveilleux que Christ à ses yeux.

Mais ce qui m’était alors un gain, je l’ai regardé comme une perte, à cause de Christ. Et même, je regarde toutes les autres choses comme une perte, en comparaison de l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour qui je me suis privé de toutes ces choses, et je ne les regarde que comme des ordures, pourvu que je gagne Christ.

Philippiens 3:7‭-‬8 OST

On offre rien à Dieu qui ne nous coûte

Ce que tu donnes à Dieu te coûte-t-il vraiment ou est-ce juste du superflu ? Jésus lui-même montre l’exemple. Il a donné sa vie, s’est sacrifié pour sauver tous ceux qui croiraient en lui. Jésus a payé le prix, volontairement. Le Seigneur savait qu’il y a un prix à payer. Il a considéré sa mission bien plus grande que sa propre vie. Il a considéré la volonté du Père bien au-dessus des siennes.

Le Père m’aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre. Personne ne me l’ôte, mais je la donne de moi-même

Jean 10 :17-18

Mais il s’est anéanti soi-même, en prenant la forme de serviteur, et se rendant semblable aux hommes; Et ayant paru comme un simple homme, il s’est abaissé lui-même, s’étant rendu obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. C’est pourquoi aussi, Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné un nom qui est au-dessus de tout autre nom

Philippiens 2:7‭-‬9 OST

Le roi David l’avait compris. Il n’offrait rien à Dieu qui ne lui coûtait. Les offrandes et sacrifices gratuites n’avaient aucun sens pour lui.

Mais le roi dit à Aravna: Non! Je veux l’acheter de toi à prix d’argent, et je n’offrirai point à l’Eternel, mon Dieu, des holocaustes qui ne me coûtent rien. Et David acheta l’aire et les boeufs pour cinquante sicles d’argent

2 Samuel 24:24

Le prix à payer, autres verset à méditer

Le royaume des cieux est encore semblable à un trésor caché dans un champ. L’homme qui l’a trouvé le cache; et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il a, et achète ce champ.Le royaume des cieux est encore semblable à un marchand qui cherche de belles perles. Il a trouvé une perle de grand prix; et il est allé vendre tout ce qu’il avait, et l’a achetée.

Matthieu 13 : 44-46

Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera. Et que sert-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perd son âme?

Marc 8:35-36

Mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton coeur.

Matthieu 6:20-21