Manifestation contre les violences policières, pourquoi j’y étais ?

Manifestation contre les violences policières, pourquoi j’y étais ?

3 juin 2020 2 Par La Rédaction

Ce mardi 2 juin, le collectif Vérité et Justice pour Adama Traoré lançait un appel à une manifestation devant le parvis du palais de justice de Paris. Une occasion pour ce collectif de mobiliser le maximum de personnes dans une protestation locale (en France) contre les bavures policières revêtant le plus souvent un caractère raciste. 

Ces derniers jours, une grande vague de contestation, devenue planétaire, contre le racisme s’est levée suite à l’homicide de Georges Floyd (un citoyen noir) par un policier blanc à Minneapolis (USA). C’est donc sous les slogans “Black Lives Matter”, “Justice pour Adama”, “No Justice, No Peace” que plus de 20 000 personnes (selon les chiffres de la préfecture de Paris) ont répondu à l’appel pour battre le pavé. J’y étais et je vais expliquer mes motivations dans les lignes qui suivent.

Crédits Triumph pictures

 

Par le passé, je me suis déjà personnellement engagé de manière active dans des luttes qui me paraissent nobles. Par exemple, quand j’étais collégien, je prenais part à une grève contre le non-paiement de bourses scolaires et la menace d’une année blanche suite à une longue grève des enseignants qui revendiquaient de meilleures rémunérations et conditions de vie.

Cette grève avait tellement duré que le gouvernement gabonais réfléchissait à déclarer l’année scolaire comme étant une année blanche. Cette décision aurait eu des conséquences néfastes pour notre scolarité. On avait donc bloqué des routes importantes pour l’économie, ce qui avait conduit à une forte mobilisation des forces de l’ordre et de longues négociations avec le gouverneur de la province où j’ai grandi. J’avais 14 ans à peine, mais déjà certaines convictions prenaient vie dans ma conscience.

Sème dans tes enfants, les valeurs qui feront d’eux des personnes nobles

Je suis fils d’un professeur de mathématiques, syndicaliste et membre d’un parti politique d’opposition au régime liberticide régnant au Gabon. Un intellectuel doté de convictions nobles. J’ai assisté depuis tout petit à des réunions politiques qui avaient lieu dans notre salon. J’ai vu mon père se rendre à des meetings ou à des marches pacifiques fortement réprimées par les forces de l’ordre. Et au-delà du sentiment de peur que nous, ses enfants, on pouvait avoir à cause du risque encouru pour sa vie, c’est un sentiment de fierté qui nous remplissait.

C’est donc enraciné dans ses valeurs, que moi-même, j’ai pris une part active plusieurs années plus tard dans des démarches pacifiques pour chasser le régime dictatorial au Gabon. A cette époque déjà, mon implication dans des revendications politiques suscitait des questionnements de certains chrétiens.  

J’ai malheureusement eu droit à des mentions sur les réseaux sociaux me disant qu’un chrétien ne doit pas s’occuper des choses terrestres. Ou encore, d’autres personnes m’invectivaient en me disant que tout pouvoir vient de Dieu et que la dictature au Gabon vient de Dieu (lol). Pour ces personnes, un prédicateur ne devrait pas s’impliquer activement dans des combats “du monde”. Ce à quoi je répondais qu’ils avaient tout simplement une méconnaissance de la Parole de Dieu. 

Avant même d’aborder la notion de racisme qui nous préoccupe encore plus depuis une certaine actualité mondiale, j’aimerai aborder certaines notions bibliques sur les questions de  la conscience activiste, notamment la question du combat contre l’injustice. Vous constaterez avec moi que toutes les valeurs que je vais énumérer se retrouvent dans la personne de Jésus et se sont manifestées pleinement dans son œuvre.

Aime ton prochain comme toi-même

La première notion qui devrait éveiller la conscience du chrétien est l’amour. Le plus grand commandement donné par Jésus est d’aimer Dieu et d’aimer son prochain. L’amour se définit comme un sentiment vif qui pousse à aimer, à vouloir le bien d’une personne. Par définition donc, l’amour ne se réjouit pas ou mieux n’est pas insensible à la souffrance d’une personne.

Rappelez-vous de la parabole du bon Samaritain que Jésus donne pour justement expliquer ce que signifie aimer son prochain. C’est l’histoire de cet homme qui semblait pourtant par son identité être une mauvaise personne mais qui a su venir au secours d’une personne en détresse. D’autres personnes, religieuses de surcroît, étaient passées devant cet homme accablé par le sort, mais n’avaient pas même daigné jeter un regard sur lui.

L’enseignement qu’on doit tirer de cette parabole, c’est que l’amour au-delà d’être un sentiment est une action. L’amour, c’est l’action de venir en aide à toute personne qui a besoin de soutien. C’est venir en aide à celui qui est opprimé. C’est soutenir toute personne victime d’injustice. Enfin, c’est combattre toute action qui nuit au bien-être du prochain. Le racisme, est une méchanceté envers les personnes qui en sont victimes. Une personne qui prétend être animé de l’amour de Dieu ne peut donc être insensible à la question du racisme.

Rendez justice au faible et à l’orphelin, Faites droit au malheureux et au pauvre. Psaumes 82:3

Apprenez à faire le bien, recherchez la justice, Protégez l’opprimé; Faites droit à l’orphelin, Défendez la veuve. Esaïe 1:17

Le royaume de Dieu, c’est la Justice, la Paix et la joie par le Saint-Esprit

La deuxième notion qui devrait animer tout chrétien face aux maux qui gangrènent le monde, c’est la Justice. En effet, l’œuvre de Jésus pour nous sauver a eu une conséquence immédiate, celle de nous avoir fait entrer dans le royaume de Dieu. Nous appartenons à un royaume spirituel et céleste qui a pour fondements trois piliers : la Justice, la Paix, la Joie.

Rendez grâces au Père qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour. Colossiens 1:12-13

Le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie par le Saint-Esprit. Romains 14:17

Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Matthieu 6:33

Remarquez dans quel ordre les piliers sont énumérés. La justice avant les autres. Pourquoi ? Simplement parce qu’il ne peut y avoir de véritable paix quelque part sans que la justice ne soit au préalable manifesté. Et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’il fallait d’abord que Jésus accomplisse la Justice en mourant à la croix avant de nous introduire dans son royaume de paix.

Quand il dit aux disciples dans l’évangile de Jean qu’il nous donne la Paix non comme le monde le donne, c’est parce que la Paix de Christ est véritable car elle s’accomplit parce que la Justice divine se manifeste en sa mort. Ce que le monde ne pourra jamais totalement et durablement donner aux hommes.

Les piliers du véritable bien-être

Aussi, on ne peut véritablement vivre la joie si nos cœurs ne sont pas dans la Paix. En d’autres termes, pour que les hommes soient durablement et vraiment heureux, il aurait fallu que les systèmes mis en place par ceux qui dirigent le monde garantissent la justice pour tous dans tous les domaines. Ce qui établirait la paix civile et sociale qui a son tour garderait les hommes dans la joie.

Enfin, vous remarquerez que Paul dit aux Romains que ces piliers qui constituent le royaume de Dieu le sont par le Saint-Esprit. Ce qui signifie que toute personne remplie et animée du Saint-Esprit ne peut rester insensible face aux injustices.

Tout chrétien doit donc avoir en horreur l’injustice et prendre une part active à la manifestation de la justice. Les bavures policières à caractère racistes qui sont faites en toute impunité constituent une trop grande injustice. C’est des frustrations qui réduisent les noirs et d’ailleurs d’autres personnes racisées dans la case des “sous hommes”. Ce n’est pas tolérable du tout !

La hiérarchisation des races ou comment mépriser l’homme

De plus, la troisième notion qui devrait nous pousser à agir contre les oppressions raciales, c’est le fait de ne pas accepter qu’on prétende que certains hommes soient supérieurs à d’autres de par leur origine.

D’autant plus que la Parole de Dieu ne hiérarchise pas les hommes en races. Et d’ailleurs, le racisme n’est pas d’abord une question de haine mais constitue surtout un concept mis en place par des “penseurs” pour justifier l’exploitation négrière et la colonisation. Ce sont des idéologies stipulant que certaines catégories de personnes sont supérieures à d’autres.

Ces idéologies ont servi de fondement à des doctrines politiques conduisant à pratiquer des discriminations, voire des violences comme celles ayant conduit à la mort d’Adama Traoré ou encore de George Floyd. Par ailleurs, la bible parle de plusieurs peuples, de plusieurs nations qui forment une seule race, un seul royaume. De fait, rester neutre ou ne pas se sentir interpellé par le racisme signifie pratiquement aller à contre sens des valeurs prônées par le Saint-Esprit en nous.

Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant: Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation; tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre. Apocalypse 5:9-10

Chaque effort compte

En dernier lieu, pourquoi j’y étais ? Simplement parce que je pense que l’effort de chacun contribue à faire avancer les choses. Je suis mathématicien de formation. Il y a une notion mathématique qui m’a toujours fasciné, c’est le calcul intégral. Une définition d’une intégrale est “la somme d’infiniment petits”. En d’autres termes, c’est de la somme de toutes les contributions aussi petites soient-elles que l’on pourra aboutir à un résultat pertinent. Je suis de ceux qui pensent qu’il faut bouger pour obtenir des résultats. Chacun à son échelle peut apporter quelque chose. 

Cependant, il faut le faire non pas en attisant la haine mais en semant l’amour. C’est en cela que nous serions de véritables lumières pour le monde ou encore le sel de la terre. Il est certes vrai que le monde est en échec dans sa volonté de fournir aux hommes l’espérance et que la seule réponse pertinente à cet échec est le royaume de Dieu, mais la manifestation des valeurs du royaume de Dieu se trouve dans sa mise en lumière par les actions des chrétiens. 

Pour conclure, romains 8 ne dit-il pas que la création toute entière attend avec un ardent désir la révélation des Fils de Dieu ? J’en suis un. C’est pourquoi, partout où je le pourrai, en toute conscience et poussé par ces convictions, j’essaierai à mon niveau de participer au combat contre les injustices, à commencer par les injustices raciales. Voilà pourquoi j’y étais et que si je le peux, j’irai encore à d’autres actions comme celle d’hier.

J’ai écrit.