Les principes de l’alliance avec Dieu

Les principes de l’alliance avec Dieu

25 mai 2019 3 Par La Rédaction

Il est important pour tout chrétien de comprendre les concepts liés à la foi chrétienne. La connaissance et la révélation de Dieu à la lumière des écritures sont indispensables pour mieux cultiver notre relation avec Dieu. C’est pour cette raison qu’il faut étudier la notion d’alliance avec Dieu.

Sans alliance, il est impossible à l’homme d’avoir une relation avec Dieu. Nous ne pouvons pas comprendre notre relation avec Dieu, si nous ne saisissons pas le sens biblique de l’alliance. Ces modestes lignes essaieront de nous aider à comprendre mieux ce qu’est l’alliance avec Dieu.

L’alliance élément présent dans toutes les écritures

Nous savons que la Bible nous est parvenue sous la forme de deux testaments : l’Ancien et le Nouveau. Cependant, notre compréhension est mieux éclairée si nous remplaçons le mot testament par celui d’alliance, et que nous parlions d’Ancienne Alliance et de Nouvelle Alliance.

Si toute la révélation de Dieu à l’homme est exprimée sous la forme de deux alliances, c’est que cette notion est d’une importance capitale, pour ne pas dire absolue. Ainsi, nous comprenons que le concept d’alliance est central à l’ensemble de la révélation divine.

Si nous ne saisissons pas la nature de l’alliance, comment pouvons-nous espérer comprendre la vraie signification du message de Dieu pour nous ? En effet, comprendre la signification de l’alliance au sens biblique et spirituel du terme nous permet de bénéficier par la foi de l’excellence de la grâce que Dieu nous accorde en Jésus-Christ.

Étymologie grecque et hébreux

Dans l’ancien testament, le mot alliance traduit le hébreux b’rith  qui signifie « lien ». Dans le nouveau testament, le mot vient du grec diatheke  qui signifie littéralement « mettre quelque chose en ordre ».  Cela sous-entend la mise en place de termes spécifiques à respecter par un « contrat » qui lie deux ou plusieurs autres parties. Le testament aussi bien que l’alliance lient des personnes entres elles. Nous verrons plus tard que les deux termes se rejoignent aussi dans leur application, à savoir par la notion de la “mort”.

Trois types d’alliances dans les écritures

Dans les écritures, il y a trois types d’alliances. La première catégorie ce sont  celles qu’on qualifie d’horizontales. C’est le type d’alliances qui sont établies entre les hommes entre eux, à l’instar des pactes et des contras.

Dans 1 Rois 5, nous voyons le roi Salomon faire une alliance avec Hiram, roi de Tyr. Dans son projet de bâtir la maison de Dieu, Salomon demande à Hiram de lui fournir du bois. En retour, Hiram  demande au roi d’Israël qu’il lui fournisse des vivres à sa maison. 

Hiram donna à Salomon des bois de cèdre et des bois de cyprès autant qu’il en voulut. Et Salomon donna à Hiram vingt mille cors de froment pour l’entretien de sa maison et vingt cors d’huile d’olives concassées; c’est ce que Salomon donna chaque année à Hiram. 1 Rois 5 : 10-11

Plus tard, l’Eternel reprochera à Tyr de ne pas avoir honoré cette alliance horizontale établie entre Salomon et Hiram. Dieu l’a considéré comme un pacte qui les liait comme des frères. C’était une alliance fraternelle à ses yeux. Il nous faut faire très attention aux promesses non tenues et aux accords qu’on donne. 

Ainsi parle l’Eternel: A cause de trois crimes de Tyr, Même de quatre, je ne révoque pas mon arrêt, Parce qu’ils ont livré à Edom une foule de captifs, Sans se souvenir de l’alliance fraternelle. Amos 1:9

Le deuxième type d’alliances constitue celles qui sont établies entre Dieu et les hommes. On les qualifie d’alliances verticales, à l’instar d’Abram qui devint Abraham, de Noé après le déluge, du peuple d’Israël par le canal de Moïse, de David concernant son trône et plus tard de l’église de Jésus-Christ. 

A ces deux catégories, nous pouvons y ajouter une troisième. Car le mariage biblique est un cas particulier. Il implique l’homme et la femme en y associant Dieu. Le mariage est donc une alliance à la fois verticale et horizontale.

Et si quelqu’un est plus fort qu’un seul, les deux peuvent lui résister; et la corde à trois fils ne se rompt pas facilement. Ecclésiaste 4:12

L’alliance, base de la relation avec Dieu

L’emploi principal de l’expression “alliance avec Dieu” dans la Parole s’applique à une relation que Dieu a décidée dans sa souveraineté, entre lui-même et l’homme. Essentiellement, l’alliance signifie une relation dont Dieu prend souverainement l’initiative. Elle dépend de son choix et de sa volonté. C’est lui qui définit les termes selon lesquels il est prêt à entrer dans cette relation avec l’homme.

Cette initiative est entièrement celle de Dieu et les modalités sont exclusivement définies par Dieu. Le rôle de l’homme consiste uniquement à répondre à l’offre d’alliance de Dieu, et d’accepter la relation qui sera établie par cette alliance. L’homme ne définit pas les termes de l’alliance, et ce n’est pas lui qui prend l’initiative de la relation.

Toute relation de Dieu avec l’homme est basée sur une alliance. Dieu n’entre jamais en relation permanente avec qui que ce soit en dehors d’une alliance. Dans le Psaume 50 :1-5, le psalmiste donne une prophétie concernant le Seigneur qui, à la fin des temps, revient dans la gloire et la puissance pour rassembler son peuple.

Il crie vers les cieux en haut, Et vers la terre, pour juger son peuple:
Rassemblez-moi mes fidèles, Qui ont fait alliance avec moi par le sacrifice!Psaume 50 :1-5

Un fidèle est une personne dont la vie est entièrement tournée vers Dieu et qui n’existe que pour Dieu. Dieu définit ici ses fidèles comme étant « ceux qui ont fait alliance avec moi par le sacrifice » – ou, plus littéralement, « ceux qui ont coupé mon alliance, sur la base d’un sacrifice ».

En hébreu, on dit « couper » une alliance, plutôt que simplement faire alliance. Cela suggère l’action d’un couteau qui met à̀ mort la victime du sacrifice. C’est la seule base valable sur laquelle Dieu fait alliance : la base d’un sacrifice. Sans sacrifice, il n’y a pas d’alliance.

Deux éléments sont donc nécessaires pour entrer dans une relation permanente avec Dieu : l’alliance et le sacrifice. Sans alliance, pas de relation avec Dieu, et sans sacrifice, pas d’alliance.

Lire aussi l’article : L’alliance, base de la relation avec Dieu

Modalités historiques de l’alliance

Il est important de savoir de quelle manière les hommes faisaient alliance avec Dieu avant la nouvelle alliance en Jésus-Christ.

Et Dieu dit : « Je livrerai les hommes qui ont enfreint mon alliance, qui n’ont pas accompli les conditions de l’alliance qu’ils avaient conclue devant moi, en coupant un veau en deux et en passant entre ses morceaux. Je livrerai les chefs de Juda et les chefs de Jérusalem, les eunuques, les sacrificateurs, et tout le peuple du pays, qui ont passé́ entre les morceaux du veau ; je les livrerai entre les mains de leurs ennemis… » Jérémie 34 : 18-20

Cela donne une dimension supplémentaire à notre compréhension sur la manière d’entrer dans une alliance. Non seulement le fait de faire une alliance nécessitait un sacrifice, mais celui-ci devait être accompli d’une certaine manière.

La victime sacrifiée devait être coupée en deux morceaux, et ces derniers étaient placés l’un en face de l’autre avec un espace entre les deux. Alors les participants à l’alliance passaient entre les deux morceaux de la bête sacrifiée. Tel était l’acte par lequel ils entraient dans l’alliance.

Exemple d’Abraham

Dans Genèse 15 : 7-18, la Parole de Dieu nous révèle de quelle manière Abram et l’Eternel ont “coupé” leur alliance. Regardons cela de plus près.

Dieu demande à Abram de couper les animaux (partagés en 2). Chacune des parties représentent les deux entités qui font alliance. En l’occurrence, l’Éternel Dieu et Abram.  Il y a une similitude avec le passage de Jérémie 34. Les deux personnes qui coupent l’alliance s’identifient à la mort de chaque animal. L’alliance représente donc un engagement irrévocable et solennel de Dieu envers Abram.

Le sacrifice symbolise la mort de chacun des partenaires de l’alliance. Quand chaque membre passait entre les morceaux partagés, c’est comme si ils déclaraient : « Ceci est ma mort. Cet animal est mort comme mon représentant. Il est mort à ma place. J’entre dans cette alliance par la mort. Maintenant que je suis dans l’alliance, je n’ai plus le droit de vivre. » Ce point est primordial dans la compréhension de l’alliance.

Car là où il y a un testament, il est nécessaire que la mort du testateur soit constatée. Un testament, en effet, n’est valable qu’en cas de mort, puisqu’il n’a aucune force tant que le testateur vit. Voilà pourquoi c’est avec du sang que même la première alliance fut inaugurée. Hébreux 9:16-18

Lui, qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui?Romains 8 :32

L’alliance n’est valable que s’il y a mort

Celui qui entre dans l’alliance, y entre par la mort. Tant qu’une personne reste vivante, il n’y a pas d’alliance. Il est impossible d’être dans l’alliance et de rester vivant. La mort de l’animal sacrifié est physique, mais elle symbolise une autre forme de mort pour celui qui offre le sacrifice et passe entre les morceaux partagés.

Celui qui fait cela renonce, dès cet instant, au droit de vivre pour lui-même. Lorsque les participants à l’alliance passent entre les morceaux du sacrifice, ils se disent virtuellement l’un à l’autre : « Si cela est nécessaire, je mourrai pour toi. A partir de maintenant, tes intérêts sont plus importants que les miens. Si je possède quelque chose dont tu as besoin, ce qui m’appartient sera à toi. Désormais, je ne vis plus pour moi-même, je vis pour toi. »

Ceci nous amène a bien comprendre la phrase de l’apôtre Paul, quand il dit “Ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi”. En effet, s’il ne vit plus, c’est qu’il est mort. Et pourtant physiquement vivant en prononçant ses paroles. Paul avait compris la notion du renoncement à soi-même pour vivre désormais pour le Seigneur. De même aussi, le seigneur a donné sa vie en se sacrifiant sur la croix pour nous.

En ce qui nous concerne, le baptême par immersion ne signifie-t-il pas que nous sommes morts et ressuscités avec Christ ?