Le pain et le vin, ma bénédiction

Le pain et le vin, ma bénédiction

16 avril 2019 0 Par La Rédaction

La plus grande richesse que nous pouvons avoir, bien plus précieuse que les richesses de ce monde, c’est “le pain et le vin”. En effet, il n’y a pas mieux que le salut. Dans ces quelques lignes, je vais nous faire voyager avec Abram qui reçut cette révélation lors d’un épisode qui précéda  son alliance faite avec L’Eternel.

Dans Genèse 14, Melchizedek, roi de Salem, apporta à Abram du pain et du vin. Cette rencontre fait suite à la victoire d’Abram sur Kerdolaomer. Abram donna à Melchizedek la dime de tout le butin de guerre. En effet, Melchizedek n’était pas seulement roi, il était aussi sacrificateur du Tout-puissant. Se trouvait là également, à cette rencontre, le roi de Sodome. 

Les mauvais deals du diable

Le roi de Sodome proposa alors à Abram de garder tout le butin pour lui, ce qu’Abram refusa en s’exclamant : “Rien pour moi ! Pour pas que tu dises demain que c’est toi qui m’as enrichi” ! Combien de fois le monde te proposera des deals, soit disant pour t’enrichir. Ces deals sont plutôt des pièges bien dissimulés de Satan. 

Satan veut que tu lui sois redevable de ce qu’il te donne : “C’est moi qui t’ai enrichi”. Le Seigneur dira : “que sert-il à un homme de gagner le monde s’il perd son âme?” 

Il n’est pas à son premier forfait. Il a déjà utilisé le même procédé dans l’évangile selon Matthieu lors de la tentation de Jésus : “Prosterne toi et je te donnerai …” Que ce serait-il passé si Jesus avait obtempéré ? Cela aurait été une catastrophe pour le salut de l’humanité.

Le pain et le vin, message prophétique 

En ce qui concerne Abram, il refusa le deal. Car Abram venait de saisir une vérité christique contenue dans la symbolique du pain et du vin apportés par Melchizedek (type de Christ – Hébreux 7). En effet, le pain et le vin (salut en Jésus-Christ) valent bien plus que les richesses que le roi de Sodome lui proposa. Il renonça à ces biens car il avait compris que Dieu pourvoyait à son existence. L’Éternel était l’auteur de sa destinée. Il avait confiance en l’Éternel dans ses promesses et a donc refusé le deal. Il avait saisi par la symbolique du pain et du vin, le message prophétique de l’Éternité. 

En outre, dans Jean 8, Jésus affirme qu’Abraham a vu son jour et il s’est réjoui. Nous comprenons par là qu’Abraham reçut une révélation du Christ de son vivant. Serait-ce lors de cette rencontre ? Abraham s’est réjoui du Christ, car il a compris que Christ vaut bien plus que tout autre chose.

La révélation du pain et du vin, gage des promesses de Dieu

Après ces événements (Genèse 15), c’est alors que Dieu vint lui réitérer ses promesses. C’est à partir de là qu’abram fit alliance avec Dieu. Il devint Abraham de sa nouvelle identité de porteur de la bénédiction pour toutes les nations de la terre. Quand tu auras saisi que le Seigneur est la meilleure chose qui puisse t’arriver, tu dépasseras la dimension d’obtenir de Lui la bénédiction pour atteindre celle d’être soi-même la bénédiction.

J’aimerais t’inviter à ne chercher d’abord que le royaume de Dieu et sa justice et tu obtiendras le bien que tu désires au-delà du salut. Le pain et le vin sont tes bénédictions,  plus précieuses que ce que le monde a à te proposer. 

Jean 6 : 54-56
…Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui.