Captivité

Captivité

17 avril 2019 0 Par La Rédaction

J’ai été kidnappé. Mais mon ravisseur m’a séduit. C’est avec joie que je demeure captif, car mon lieu de rétention c’est le royaume de Dieu.

Gardé par des anges, nourri par le Saint-Esprit, je vais et je viens dans les jardins de la Parole de Dieu. Mon ravisseur prend soin de moi.

C’est étrange, mon cachot n’a point de verrou. Je suis libre de m’en aller, si je le souhaite, de mon lieu de captivité vers ce monde qui réclame avec acharnement que je lui revienne.
Mais hélas ! Ma servitude d’aujourd’hui est meilleure que ma liberté d’antan. C’est pourquoi, je ne peux m’imaginer retourner à mon ancienne condition.

C’est drôle! Comment peut-on être captif et exalter cette servitude au détriment d’une liberté mondaine que je chérissais autrefois.
Est-ce à cause de cette lumière que je contemple en rétention? Éclat totalement absent du monde dans lequel je vivais jadis.

Oui! Dans ce monde là, il n’y a point de lumière. Ces habitants sont constamment plongés dans de profonds ténèbres. Ils n’ont aucune connaissance de ce qu’est la lumière, car elle n’existe que dans le pays de ma captivité.

J’ai imploré mon ravisseur. Je lui ai vivement demandé de capturer d’autres habitants de mon ancien pays et de leur faire découvrir les joies de ma cellule.

Il m’a dit “cher ami, tu es libre d’y retourner dans ton ancien pays et de capturer pour moi d’autres personnes ignorantes de ma gloire. Et de les emmener dans mon royaume de paix, afin qu’ils puissent goûter aux joies de la lumière.” Mon ravisseur est bon, me dis-je en mon cœur.

Je résolu ainsi d’aller partout le monde, capturer pour Jésus des hommes de toutes nations, pour les amener à connaitre la lumière. Ainsi, avec plusieurs je me réjouis en choeur. Nous contemplons ensemble l’éclat de ce royaume.

Par Marc Blessing Nkouna